Les adeptes de la cancel culture jouissent d’être débarrassés de tout sentiment de culpabilité. Ils s’auto-proclament juges quand ils dégainent le glaive de la justice dans le même temps qu’ils jettent la balance et le bandeau. Les appels à la prudence face à la complexité, à la défense de la liberté d’expression, au respect du débat contradictoire ou de la présomption d’innocence, restent sans effet. Quelle est la logique interne de cette conduite ?

D’abord est-ce nouveau ?

Pas sûr. Le conflit entre un ordre établi, supposément soutenu par une majorité conformiste et complice, et ceux, supposément conscients et subversifs, qui en dénonceraient l’injustice, est vieux comme le monde. Il a pris une autre forme avec la naissance d’une opinion publique, elle n’a pas toujours existé, liée aux moyens de communications, à la massification des moyens de communication, à la liberté de parole ; il n’y a pas de cancel culture dans des pays où la parole n’est pas suffisamment libérée par le pouvoir politique. On peut déjà penser que la cancel culture est un effet secondaire indésirable (iatrogène) d’une liberté de parole désirable, et de l’utilisation des nouvelles technologies. Et donc les cancelleurs des gens qui se laissent dominés par l’outil.

L’outil a des défauts ?

Le pouvoir appartenant à celui qui impose son diagnostic, car il induit les solutions, il s’agit dès lors pour les minorités ou groupuscules de l’imposer par n’importe quel moyen ; la fin justifiant les moyens. C’est la règle du jeu de la démocratie représentative qui ne cesse de nous montrer ses limites ! Elle ne permet pas d’établir collectivement et sereinement un diagnostic. Elle oblige à hausser le ton pour se faire entendre et transforme les acteurs en belligérants.

Mais parler à plusieurs millions de personnes est impossible sauf à sacrifier la complexité de sa pensée, de la situation. La logique de ce désir pousse à se grouper par mot-clé, au conformisme, à la rumeur, à la paranoïa, à la manipulation. Oui, les manipulateurs ont un terrain de jeu extraordinaire et ils ne s’en privent pas ; mais l’outil lui-même pousse à la manipulation, plutôt à une nouvelle forme de manipulation car les réseaux sociaux ne l’ont pas inventée. Bien sûr, l’outil n’est responsable de rien, comme le couteau de cuisine qui n’est pas responsable du meurtre, il a simplement un pouvoir que l’on doit apprendre à ne pas utiliser dans n’importe quelle circonstance.

Un exemple d’une mauvaise utilisation d’un outil ?

Je vais en parler à partir d’une anecdote personnelle pour illustrer le comportement des activistes, des anti-racistes dans mon exemple, que je qualifierai de saint-Pierristes. Un homme politique se fait attaquer par un tweet à caractère raciste ; un ami, militant anti-raciste, qui l’encourage à porter l’affaire en justice,  me demande si je condamne le tweeteur. Comme je ne suis ni procureur ni juge et que je fais la différence entre le racisme (un acte ou appel à un acte) et l’expression à caractère raciste (une opinion), je ne condamne pas ; je déplore. Impossible d’en débattre plus avant : de son point de vue, ce genre de tweeteurs doivent être condamnés, sortis du théâtre de la parole, mis hors d’état de nuire. Je lui deviens suspect, malgré mes états de service, voire complice.

Cet ami, dans la pureté de l’amour anti-raciste qu’il s’attribue explicitement, ne pense pas sa logique comme étant celle d’Augustin, un saint des chrétiens :  « Il y a une persécution injuste, celle que font subir les impies à l’Église du Christ ; et il y a une persécution juste, celle que font les Églises aux impies… L’Eglise persécute par amour et les impies par cruauté. » Si les mots ont un sens, ce n’est pas de la radicalisation, c’est du fanatisme. Il me semble que c’est la logique folle qui menace d’emporter les mouvements anti-racistes quand ils se font cancelleurs.

Saint-Pierrisme ?

On pourrait dire que cet ami est atteint par le syndrome de St Augustin, mais  je vais préférer celui de St Pierre pour penser les conséquences politiques de la logique de cet antiracisme-là. Dans l’imagerie populaire, les blagues, St Pierre est celui qui, aux portes du paradis, accueille les morts, les juge et les oriente ; qui vers l’enfer, qui vers le paradis, en fonction des actions de chacun sur terre.  Ainsi, ne vont au paradis que ceux qui feraient la preuve de leur mérite ; les autres sont envoyés sans pitié en enfer (La miséricorde divine a des limites, et eux aussi), « cancelled » dira-t-on aujourd’hui ! Pas étonnant dès lors que les choses se passent bien au paradis après une telle sélection. Mais force est de constater que c’est au prix de se débarrasser de ceux qui ont failli malgré les avertissements réitérées ; au prix d’un entre-soi. Très clairement au prix d’un sacrifice : la parole. Il doit régner un silence d’enfer au paradis ! C’est le prix à payer. Et de fait, on ne parle plus de rien avec cet ami saint-Pierriste ; la suspicion est une arme d’appauvrissement massive.

Leur paradis, si c’est sur terre ? C’est l’enfer !

Oui, comme il n’y a pas d’ailleurs, il ne reste que l’exclusion du champ de la parole et de la relation ; c’est la définition du tabou tel que les anthropologues l’ont découvert dans les îles du pacifique où il n’y avait pas de prison pour les hors-la-loi. Seulement la prison psychologique, l’annulation par la non-relation.

Conséquences politiques ?

Si toutes les bonnes âmes auto-proclamées (les activistes) usurpent le rôle de St Pierre, s’ils sont atteints par ce syndrome, alors ils ne cesseront de trier et condamner à l’enfer du silence les mauvaises âmes. En toute innocence et sans l’ombre d’un sentiment de culpabilité. Est-il possible que les autres ainsi désignés admettent la légitimité de ces petits St Pierre et leurs sentences ? Evidemment non. Ce saint-Pierrisme, parce qu’il n’a pas de légitimité, pas plus divine qu’au regard des droits universels de l’homme et du citoyen, est porteur d’une violence qui n’a rien de subversif, rien d’émancipateur. Ce saint-Pierrisme génère une grande violence, symbolique a minima, car il se veut « purifiant » comme le feu, « désinfectant » en quelque sorte. On comprend dès lors que l’universalisme laïque, par définition respectueux de l’intégrité de l’autre, mais pas de ses croyances, pose un problème aux purificateurs.

Bien sûr, les médias mainstream ne sont pas pour rien dans la frustration que peuvent ressentir des populations en manque de représentation et de temps de parole : par exemple, les syndicats qui ne bénéficient que de très peu de temps d’antenne quelle que soit la longueur des défilés. La population est réduite à son statut de consommatrice et non pas de productrice de sens ; il est inévitable que parfois elle s’emballe quand des moyens sont mis à sa disposition.

Le saint-Pierrisme comme radicalisation

En tout cas, je ne le veux pas comme une insulte, une interprétation tarte à la crème à jeter à la figure des activistes. Je ne veux pas participer au pugilat fut-il démocratique. Nommer le saint-Pierrisme  est plutôt une mise en garde, une invitation à penser notre posture en politique, les uns comme les autres, car nous pouvons tous glisser de la radicalisation au fanatisme. Ce ne sera jamais une bonne idée que de condamner quelqu’un à se taire, à l’annulation, à le retrancher de l’humanité. Une leçon que l’on doit garder à l’esprit : se déclarer éveillé (woke ici) face à la masse déclarée aveugle, à guider, est le B.A BA de la politique (vous vérifierez), par exemple les libéraux et les économistes orthodoxes sont sur le même registre de l’annulation de l’autre (à peine quelques milliards, mais pas les mêmes) mais avec d’autres mots (la gouvernance) ; bataille entre élites donc. Et s’ils étaient des manifestations différentes de la même maladie ? C’est mon opinion.

Et si la laïcité, celle qui disqualifie le concept de pureté dans le vocabulaire politique, donc économique, était la seule solution pacifique ?